Volume 22, Issue 1 ,2000

The Mary Glover Lecture, June 14, 2000: Back to the future: reform, research, and nursing authorit
Only $15.00

Order Now


I would like to thank the Canadian Association of Neuroscience Nurses for the honour of being selected as this year’s Mary Glover speaker. What a wonderful tradition has emerged with the opening to your conference and annual meetings each year. It has been nearly 20 years now since the lectures were initiated by Mary’s parents in her memory. It is very special indeed and a splendid tribute to one of your own.



Brain Tumour Foundation Award Paper: Impact of a family-centred approach on a couple living with a brain tumour: a case study
Only $15.00

Order Now


Abstract

The diagnosis of a malignant brain tumour can be devastating for both patients and their families. Despite neurological and cancer treatment advances, there has been little progress in extending life expectancy for these patients. Cassileth et al. (1985) suggest that of all types of cancer, brain tumours cause the most psychosocial repercussions for the family.

The brain tumour clinical nurse specialist (CNS) is in a strategic position to intervene with families along the continuum of care by using a family-oriented approach which can facilitate their adaptation to this health problem.

The present case study will describe the illness experience of one couple where a member had a brain tumour. The process of assessment, interventions and outcomes will be highlighted. The CNS utilized the Calgary Family Assessment Model (CFAM) (Wright & Leahey, 1984) and Calgary Family Intervention Model (CFIM) (Wright & Leahey, 1994) to guide her work with this family.

An example of an intervention was the illness narrative approach. In this approach the concepts of illness experience, perceptions, beliefs and support were used as part of the therapeutic modality which served to enhance the coping strategies of the couple and decreased their crisis situation. This collaborative style of nursing promoted the well-being throughout the illness trajectory of both the family and the CNS.

L’effet d’une intervention basée sur une approche familiale auprès d’un couple d’un un membre est atteint d’une tumeur cérébrale: une étude de cas

L’annonce d’un diagnostic d’une tumeur cérébrale maligne peut avoir un effet catastrophique autant chez les patients que chez leur famille. Malgré l’avancement des modalités thérapeutiques en neurologie et en oncologie, il y a très peu de progrès afin d’améliorer la survie de ces patients. Cassileth et al. (1985) rapportent que, parmi tous les types de cancer, les tumeurs cérébrales ont été décrites comme un cancer ayant le plus de répercussions psychosociales au sein de la famille.

L’infirmière clinicienne spécialisée en neuro-oncologie se trouve dans une position stratégique pour intervenir auprès des familles en utilisant une approche familiale afin de favoriser une meilleure adaptation tout au long de la trajectoire de cette problématique de santé.

Cette étude de cas met en lumière l’expérience d’un couple dont un membre est atteint d’une tumeur cérébrale. De plus, le processus d’évaluation familiale, les interventions et les résultats sont discutés. L’infirmière clinicienne spécialisée a privilégié le modèle d’analyse familiale de Calgary (CFAM) et le modèle d’intervention familiale de Calgary (CFIM) afin de guider son approche auprès de cette famille.

Une des interventions utilisées regarde la narration de l’expérience de la maladie des membres de la famille. Le but de cette intervention est de créer un contexte d’échanges et de mettre en lumière leurs perceptions, leurs croyances et leurs ressources afin de faciliter l’utilisation de leurs stratégies d’adaptation et pour ainsi, atténuer les effets de la situation de crise au sein de la famille.

En somme, l’utilisation de cette approche familiale a favorisé à promouvoir le bien-être tant pour la famille que pour l’infirmière clinicienne spécialisée tout au long de la trajectoire.



Codman Award Paper: Education and information needs identified by patients and key family members prior to surgery for a skull base neoplasm: implications for practice
Only $15.00

Order Now


Abstract

Many patients with extensive skull base neoplasms poorly understand the nature of their problems. Therefore, education of patients and family members is an important component of care. Research has established the benefits of pre-operative education for other types of surgery and information seeking as an important method of coping. Yet in 184 references on skull base surgery (1996-1999), no case-based or research data that examined education and information needs prior to hospitalization for surgery was found.

The investigators present findings from Phase 1 of a descriptive research study designed to determine the education and information needs perceived by patients and family members at their initial visit to the neurosurgeon and on admission to hospital. Data was collected, using interviews and a questionnaire, from 18 patients with skull base neoplasms and 15 key family members. The study findings provide insight into the experience of patients and families during a time period (prehospitalization) that has not been explored. Results indicate that key education needs of participants are related to the brain tumour and surgery. Findings reveal patient participants in contrast to family members had little in the way of information needs. Underlying and impacting the education and information needs is the theme of ‘Hearing the News’. Relevance of the results to nursing practice in the pre-operative phase is addressed.

Éducation et information avant à la chirurgie “skull base neoplasm” : conséquences sur la pratique des soins

Plusieurs patients ayant de grosses tumeurs à la base de la boîte cranienne comprennent très peu la nature de leur problème. Donc, l’éducation des patient et de leur famile est une composante importante du traitement. La recherche a prouvé que l’éducation et l’accumulation de l’information en phase pré-opératoire pour plusieurs genres de chirurgie se sont avérées profitables envers l’acceptation de la maladie.Tout de même, dans 184 sources de références sur la chirurgie de la base de la boîte cranienne (1996-1999), aucune étude de cas ou données de projet de recherche mentionnent le besoin d’éducation et d’information en préparation pour cette chirurgie, ce avant l’hospitalisation.

Les investigateurs présentent les données de la phase 1 du projet de recherche descriptive qui vise à déterminer l’étendue des besoins d’éducation et d’information telle que perçue par les patients et leur famille lors de leur première visite avec le neurochirugien et au moment de l’admission à l’hôpital. Les données ont été receuillies par l’entremise d’une entrevue et d’un questionnaire, pour 18 patients atteints de néoplasmes à la base de la boîte cranienne et 15 membres de familles. Les résultats de l’étude permettent de visionner l’expérience des patients et de leur famile durant une période de temps (précédant l’admission) qui n’a pas été examinée précédemment. Les résultats démontrent que les besoins d’éducation les plus importants se rapportent à la tumeur cérébrale et à la chirurgie. Les résultats démontrent en plus que le patient impliqué, comparativement aux membres de famille, avait moins besoin d’information. Le thème suivant est utilisé pour mettre en évidence les besoins d’éducation et d’information : ‘Hearing the News’. La pertinence des résultats dans la pratique du nursing en phase pré-opératoire est discutée.