Volume 23, Issue 3 ,2002

Epilepsy: an overview
Only $15.00

Order Now


Abstract

According to Epilepsy Canada (2001), one to two per cent of Canadians have epilepsy and 75 to 80 per cent of these people develop it before the age of 18. Despite the fact that many famous and successful people throughout history have had epilepsy, misunderstanding and prejudice about this common neurological disorder remain prevalent. In our experience, some people diagnosed with epilepsy do not tell others about their medical condition because of their fear of being stigmatized and shunned.

Résumé: Coup d’oeil sur l’épilepsie

Selon Epilepsie Canada (2001), un à deux pour cent de canadiens souffrent d’épilepsie dont soixante-quinze à quatre-vingt pour cent avant l’âge de dix-huit ans. Même si au cours des années, plusieurs personnalités très connues en ont été affligées, il existe toujours une certaine ambiguïté et beaucoup de préjugés face à cette condition neurologique courante. D’après notre expérience, des gens déclarés épileptiques, se restreignent d’en parler de peur d’être stigmatisés et isolés.



Meeting the nutritional needs of patients with severe dysphagia following a stroke: an interdisciplinary approach
Only $15.00

Order Now


Abstract

Dysphagia is a common problem with individuals who have experienced a stroke. The interdisciplinary stroke team noted delays in clinical decision-making, or in implementing plans for patients with severe dysphagia requiring an alternative method to oral feeding, such as enteral feeding via Dobhoff (naso-jejunum) or PEG (percutaneous endoscopic gastrostomy) tubes, occurred because protocols had not been established. This resulted in undernourishment, which in turn contributed to clinical problems, such as infections and confusion, which delayed rehabilitation and contributed to excess disability.

The goal of the project was to improve quality of care and quality of life for stroke patients experiencing swallowing problems by creating a dysphagia management decision-making process. The project began with a retrospective chart review of 91 cases over a period of six months to describe the population characteristics, dysphagia frequency, stroke and dysphagia severity, and delays encountered with decisionmaking regarding dysphagia management. A literature search was conducted, and experts in the field were consulted to provide current knowledge prior to beginning the project.

Using descriptive statistics, dysphagia was present in 44% of the stroke population and 69% had mild to moderate stroke severity deficit. Delays were found in the decision to insert a PEG (mean 10 days) and the time between decision and PEG insertion (mean 12 days).

Critical periods were examined in order to speed up the process of decision-making and intervention. This resulted in the creation of a decision-making algorithm based on stroke and dysphagia severity that will be tested during winter 2002.

Résumé: Intervention auprès des patients souffrant de dysphagie et de malnutrition, suite à un accident vasculaire cérébral

La dysphagie est un problème courant chez les patients souffrant d’un accident vasculaire cérébral (AVC). L’équipe multidisciplinaire traitant l’ AVC a décelé des délais de temps entre la prise de décision et la mise en application des soins adaptés aux besoins des patients avec dysphagie sévère nécessitant une forme alternative de nutrition par tube gastrique tel que le système de gavage « Dobhoff » (tubulure nasale) ou « PEG » (gastrostomie percutanée). Ceci est relié principalement au fait qu’il n’y a pas de protocole établi à cet effet en pratique clinique. En conséquence, un état de malnutrition se développe, accompagné de complications comme les infections et la confusion, causant un délai dans la réadaptation et laissant une incapacité plus importante.

Le but du projet était de promouvoir une amélioration des soins et de la qualité de vie des patients souffrant de dysphagie, suite à un accident vasculaire cérébral. Le projet a débuté par une étude rétrospective de dossiers de quatre-vingt onze patients durant une prériode de six mois. On a pu ainsi reconnaître certaines caractéristiques réservées à ce groupe de patients comme la fréquence et le degré de sévérité de la dysphagie, la sévérité de l’accident vasculaire et les délais encourus durant le processus de décision et d’intervention. Avant le début du projet, on a effectué une revue des publications et on a consulté des experts dans le domaine pour compléter notre base de connaisances.

Utilisant des statistiques descriptives, la dysphagie est présente chez quarante-quatre pour cent des patients ayant subi un accident vasculaire cérébral. De plus, soixante-neuf pour cent des patients présentent des incapacités légères ou modérées à la suite de l’AVC. On a constaté des délais de temps entre la prise de décision (environ dix jours) et le moment de l’insertion du système « PEG »(environ douze jours).

Ces étapes importantes ont étés analysées dans le but d’accélérer le processus de prise de décision de l‘intervention. Cette étude a permis de créer un algorithme basé sur la gravité de l’AVC et de la dysphagie, qui sera testé au cours de l’hiver 2002.