Volume 30, Issue 1 ,2008

What are the risk factors for nausea and vomiting after neurosurgery? A systematic review
Only $15.00

Order Now

By Susan M. Neufeld and Christine V. Newburn-Cook


Abstract

In their practice of post-operative neurosurgical care, nurses frequently encounter the problem of post-operative nausea and vomiting (PONV). Knowledge of risk factors for PONV can help nurses to identify groups of patients who may encounter PONV and develop related therapeutic guidelines. The purpose of this systematic review was to identify and summarize risk factor research for PONV after neurosurgical procedures. Of 272 papers identified through a systematic search, 13 studiesmet the criteria for this review. These studies varied considerably in their outcome measurements, risk factors studied, and target populations. The timeframe of observation (for prospective studies) or chart review (for retrospective studies) ranged from one hour after surgery to the entire length of the hospital stay. For these reasons, it was difficult to compare results among the studies. Overall, the methodological quality of the studies was fair, with few studies controlling for confounders and many with limited explanations of how the risk factors and/or outcomes were measured. Despite these limitations, many authors looked at unique risk factors for neurosurgical patients such as location of surgery (i.e., infratentorial versus supratentorial), awake versus general anesthesia, and use of fat grafting for cerebral spinal fluid leak in transsphenoidal procedures. The findings may challenge traditional thinking about risk factors for PONV and guide future studies.

Quels sont les facteurs de risque reliés aux nausées et vomissements à la suite des procédures neurochirurgicales? Une revue systématique

Résumé

Dans la pratique du nursing neurochirurgical en phase postopératoire, les infirmières doivent souvent traiter les patients pour nausées et vomissements (NVPO). Une meilleure connaissance des facteurs de risque des NVPO pourraient aider à identifier les groupes de patients à risque élevé et permettrait de développer des méthodes de traitement. Le but de cette revue systématique était d’identifier et regrouper les résultats des recherches faites sur le sujet (Nausées et Vomissement Post-Opératoires) parmi les patients ayant subi une procédure neurochirurgicale. Parmi les 272 publications identifiées au cours de la recherche systématique, 13 rencontraient les critères recherchés. Les résultats de ces études variaient considérablement ainsi que les types de facteurs de risque évalués et les types de populations ciblées. La durée de la période d’observation des patients en phase postopératoire (pour les études prospectives) et la revue des dossiers (pour les études rétrospectives) variait entre une heure après la chirurgie jusqu’à la durée entière du séjour à l’hôpital. Ceci a créé des difficultés au moment de comparer les résultats de toutes ces études. En fait, la qualité de la méthodologie des études était moyenne avec peu de contrôle sur les facteurs confondants. De plus, plusieurs études n’ont pas précisé comment les facteurs de risque et les résultats ont été mesurés. Malgré ces omissions, plusieurs auteurs ont identifié des facteurs de risque qui se rapportent plus particulièrement à la neurochirurgie tels que: le site opératoire (infratentoriel vs. supratentoriel), une anesthésie locale ou générale et l’usage de greffon pour contrôler l’écoulement du liquide céphalo-rachidien lors des procédures trans-sphénoïdales. Ces révélations pourraient soulever un défi aux croyances traditionnelles envers les facteurs de risque pour nausées et vomissements postopératoires en neurochirurgie. Elles peuvent aussi susciter de nouvelles études sur le sujet.



Living with oculopharyngeal muscular dystrophy: A phenomenological study
Only $15.00

Order Now

By Jeanie Krause-Bachand and Wilma Koopman


Abstract

Oculopharyngeal muscular dystrophy (OPMD) is an autosomal dominant form of late-onset muscular dystrophy. Ptosis (droopy eyelids) and dysphagia (difficulty swallowing) are the most common presenting symptoms. The purpose of this phenomenological study was to describe the experience of living with OPMD. Purposeful sampling was used to recruit individuals with genetically confirmed OPMD who displayed ptosis and dysphagia, were 40 years or older, English speaking, and were willing to consent to the tape-recording of the interviews. An unstructured interview format was used to solicit the participants’ perspectives of living with droopy eyelids, difficulty swallowing, and a genetic disorder. The interviews were audiotaped and transcribed verbatim. Colaizzi’s Method was used to analyze the data, which identified five comprehensive themes. The themes that emerged describing the experience of living with OPMD were “Adjusting to Change”, “Managing Misconceptions”, “Seeking Normality”, “Facing the Future”, and “Informing Children”. The information derived from this study will assist nurses to identify the burdens of living with OPMD and to intervene appropriately early in the course of the disease.

Key words: ptosis, dysphagia, oculopharyngeal muscular dystrophy, genetic, autosomal dominant transmission

Vivre avec la dystrophie musculaire oculo-pharyngiale : Une étude de la logique du phénomène

Résumé

La dystrophie musculaire oculo-pharyngiale (DMOP) est une forme de dystrophie musculaire reliée à un autosome dominant. Elle apparaît généralement en âge plus avancée. La ptose des paupières (chute de la paupière supérieure) et la dysphagie (difficulté à avaler) sont les symptômes les plus communs. Le but de cette étude était de décrire l’expérience de vie des patients atteints de cette maladie. L’échantillonnage comprenait des sujets dont la DMOP était de nature génétique, avec ptose des paupières et dysphagie, ayant 40 ou plus, de langue anglaise et, consentant à permettre l’enregistrement des entrevues. Une entrevue non structurée fût utilisée pour susciter les participants à décrire leur perspective de vie future en considérant les effets causés par la ptose des paupières, la dysphagie et la connaissance d’être affligée d’une maladie génétique. Les entrevues furent enregistrées sur bandes audio et transcrites telles que verbalisées. La méthode « Colaizzi’s » fût utilisée pour analyser les données. Cinq thèmes principaux ont été identifiés pour décrire l’expérience vécue : l’ajustement aux changements, surmonter les croyances erronées, rechercher la normalisation, envisager le futur, renseigner les enfants. L’information recueillie par cette étude aidera les infirmières à identifier les difficultés encourues par les patients qui doivent vivre avec la dystrophie musculaire oculo-pharyngiale et leur permettra d’intervenir de façon appropriée dès le début de la maladie.