Volume 35, Issue 1 ,2013

Tailored interventions to improve hypertension management after stroke or TIA—Phase II (TIMS II)
Only $15.00

Order Now

Gail MacKenzie, MScN, RN, Sandra Ireland, PhD, RN, Stacey Moore, MN, RN(EC), Irene Heinz, MN, RN(EC), Rosemary Johnson, BScN, RN, CDE, W. Oczkowski, MD, FRCP(C), D. Sahlas, MSc, MD, FRCP(C)


Abstract

Background: Reduction of blood pressure (BP) after stroke or TIA decreases stroke recurrence and is a major goal of secondary Stroke Prevention Clinics (SPCs). Health care providers need effective screening processes to identify those clients at highest risk of not achieving BP targets and those clients at highest risk of non-adherence to medication.

Methods: This multicentred, randomized controlled study used a screening process to identify SPC patients with psychosocial/cognitive deficits (e.g., lack of confidence in the utility of medications, poor memory, mild cognitive impairment) who were experiencing difficulty managing their BP to target values and evaluated whether a model of nurse-led case management program (monthly telephone calls, motivational interviewing for lifestyle change, plus home BP monitoring and use of dosettes for medication administration) would improve BP measures and adherence to medications.

Results: Both intervention (n=29) and usual care groups (n=27) showed a trend for reduced BP at six months (Median q1–q3, Systolic BP, p="0.46;" Diastolic BP, p="0.37)." Diabetic patients, irrespective of the group to which they were randomized, were less likely to meet Best Practice Guideline targets than those without diabetes (Chi Square test, p="0.0001).<"/span>

Conclusion: Stroke and TIA patients with diabetes may require additional resources and support in order to reach BP target values.

Key words: stroke, transient ischemic attack, prevention, hypertension, nurse case management, self-efficacy, adherence

Des interventions sur mesure afin d’améliorer la gestion de l’hypertension à la suite d’un AVC ou d’une AIT—Phase II (TIMS II)

Résumé

Contexte : La réduction de la tension artérielle (TA) à la suite d’un AVC ou d’une AIT réduit les risques de récurrence de l’AVC et constitue l’un des objectifs principaux des Cliniques de prévention de l’AVC (CPAVC) secondaires. Les fournisseurs de soins de santé ont besoin de processus de dépistage efficaces afin d’identifier ces clients qui présentent les plus forts risques de ne pas atteindre les objectifs de TA, ainsi que ceux qui présentent les plus forts risques de ne pas adhérer à une médication.

Méthodes : Cette étude multicentrique et randomisée contrôlée a utilisé un processus de dépistage afin d’identifier les patients de CPAVC souffrant de déficits psychosociaux/cognitifs (par exemple, un manque de confiance en l’utilité de médicaments, une faible mémoire, des troubles cognitifs légers) et rencontrant des difficultés à gérer les valeurs de leurs objectifs de PA. Elle a évalué si un modèle de programme de gestion de cas mené par le personnel infirmier (appels téléphoniques mensuels, entrevues motivationnelles afin d’apporter des changements au style de vie, en plus de la surveillance de la PA à la maison et de l’utilisation de dosettes pour l’administration de médicaments) améliorerait les mesures de TA et l’adhésion à des médicaments.

Résultats : Les interventions (n=29) et les groupes de soins habituels (n=27) ont montré que la TA se voyait habituellement réduite à 6 mois (médiane q1–q3, TA systolique, p="0,46;" TA diastolique, p="0,37)." Qu’importe le groupe dans lequel ils avaient été placés au hasard, les patients diabétiques étaient moins susceptibles d’atteindre les objectifs stipulés par les lignes directrices des pratiques optimales que les patients non-diabétiques (test du Chi carré, p="0,0001).<"/span>

Conclusions : Les patients touchés par un AVC ou un AIT et souffrant de diabète pourraient nécessiter des ressources et du soutien supplémentaires afin d’atteindre les valeurs cibles de TA.